Vous n'êtes pas identifié(e).

Annonce

Bienvenue sur Geek-Community !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire pour pouvoir poster sur le forum.!

#1 05-03-2012 17:03:22

Bz
V.I.P+
Age: 105
Inscription : 11-02-2011
Messages : 845
Hors ligne Hors ligne

Cher Kery James, votre « Lettre à la République » me choque

Cher Kery James, votre « Lettre à la République » me choque

Flash required

Je viens d'écouter la chanson de Kery James, « Lettre à la République ». J'ai 21 ans. J'aime peu le rap, mais j'ai toujours apprécié la plume de Kery James, toujours sincère, honnête, parfois violent. Mais jusqu'à présent ce n'était jamais gratuit.

Là, ça va très loin. Je me demande comment il peut écrire de telles horreurs sur la vie en France à notre époque. Je suis française de la Réunion. Mon père est réunionnais, d'origine indienne (« Malbar »). Ma mère est algérienne, venue en France à 25 ans pour ses études.

Que certains le veuillent ou non, je le répète, je suis française. Il n'y a qu'en France 
métropolitaine ou sur mon île, La Réunion que je me sens pleinement chez
 moi. Je sais qu'il me faudrait plusieurs années pour m'adapter pleinement à l'identité d'un pays comme l'Inde ou en Algérie.

En France, je n'ai que très peu connu le racisme et la discrimination. Je viens d'une 
famille de la classe moyenne qui a pu m'envoyer en classe préparatoire, et j'ai réussi à intégrer une des meilleures écoles de commerce de France. Jusqu'à présent, je ne pense pas avoir été discriminée à cause de mes origines (attendons la recherche d'emploi, me répondrez-vous peut-être).


Au vu de mes origines complexes, et s'il fallait jouer la victime, je serai la plus qualifiée.
Du côté de mon père, mes ancêtres ont fui au XIXe siècle la misère de l'Inde, causée par l'avide puissance coloniale anglaise et avant elle, le fanatique empire moghol.

Ces
 « Malbars », arrivés sur l'île en tant encagés ou esclaves, étaient à peine plus estimés que les « Cafres », Africains et Malgaches, descendants d'esclaves. 
Pourtant, il s'agit actuellement d'une des communautés les plus prospères de l'île.
Ma famille a survécu au colonialisme

Ma mère avait 10 ans lorsque l'Algérie est devenue indépendante, et pour sa famille, ces huit années de guerre ont été un réel traumatisme. Son père avocat était aussi bien harcelé par l'armée française que par le FLN. Pourtant, dix ans plus tard, il disait fièrement que le traumatisme est passé, et que les Algériens doivent prendre leur destin en main.

Comme vous voyez, Kery James, ma famille, pourtant malmenée par les puissances coloniales de l'époque a su garder la tête haute et je ne comprends pas, comment vous, un des représentants de la diversité (un terme que je n'aime d'ailleurs pas), pouvez-vous vous permettre de dire, en 2012, que la cause du malheur des Noirs et des Arabes de France, c'est 
le passé colonial de la France.

L'esclavagisme, l'impérialisme sont des phénomènes mondiaux. Si je vous parle du Japon, pensez-vous au massacre de Nankin ? Et si je vous dis Turquie, allez vous me parler du génocide arménien (maintenant oui, grâce à Super-Sarko…).


Que va-t-il se passer si des gens comme vous ramènent au goût du jour des guerres qui ne sont plus les nôtres, des souffrances qu'on tend à oublier ?

Aussi simpliste et violent que du Zemmour

Les paroles sont très simplistes, et gratuitement violentes. A les écouter, on comprend que si les Noirs et les Arabes dealent et agressent, c'est à cause de bourgeois blancs collabos de l'oligarchie financière qui les a fait venir pour pouvoir les exploiter dans les usines…

On dirait du Zemmour, c'est le même message… sauf qu'il s'adresse à un autre public. En école de commerce, je vois des gens d'Afrique noire et du Maghreb, brillants et intelligents. Ils sont plus nombreux que ce que les médias et l'opinion publique pensent, et très sincèrement, j'espère qu'ils seront l'avenir de la France.


« La France est islamophobe », dit votre chanson
. J'ai trois religions dans mon cœur : l'hindouisme par mon père, l'islam par ma mère et le christianisme, seconde religion des Malbars. Je sais quels beaux messages peuvent promouvoir les religions.

Mais je sais que les pratiques extrêmes de certains fidèles sont néfastes pour les religions elles-mêmes. Bien sûr, il y a en France un certain regain d'islamophobie, pourtant, lorsque je vois le reste
 du monde, je me dis que j'ai de la chance de vivre dans un pays laïc, qui possède la plus grande communauté musulmane d'Europe, et la troisième communauté juive au monde.


Cher Kery James, vous voyez, j'aime mon pays et son histoire. Si je suis là, c'est grâce à lui et je ne serai sûrement pas allée aussi loin si j'étais née en Inde ou en Algérie. Quand je me vois, moi et mes amis, je me dis que la France a un avenir heureux. Surtout soyez optimistes, n'écoutez pas les rancœurs d'un autre temps.

Kerry Jame a écrit :

Lettre à la République, à tous ces racistes à la tolérance hypocrite

Qui ont bâti leur nation sur le sang

Maintenant s’érigent en donneurs de leçons

Pilleurs de richesses, tueurs d’africains,

Colonisateurs, tortionnaires d’algériens

Ce passé colonial, c’est le votre

C’est vous qui avez choisi de lier votre histoire à la notre

Maintenant vous devez assumer

L’odeur du sang vous poursuit même si vous vous parfumez

Nous les arabes et les noirs, On n’est pas là par hasard

Toute arrivée à son départ



Vous avez souhaité l’immigration

Grace à elle vous vous êtes gavés jusqu’à l’indigestion

Je crois que le France n’a jamais fait la charité

Les immigrés ce n’est que la main d’œuvre bon marché

Gardez pour vous votre illusion républicaine

De la douce France bafouée par l’immigration africaine

Demandez aux tirailleurs sénégalais et aux harkis

Qui a profité de qui ?

La république n’est innocente que dans vos songes

Et vous n’avez les mains blanches que dans vos mensonges

Nous les arabes et les noirs, On n’est pas là par hasard

Toute arrivée à son départ ...



Mais pensiez-vous qu’avec le temps

Les négros muteraient et finiraient par devenir blancs ?

Mais la nature humaine a balayé vos projets

On ne s’intègre pas dans le rejet

On ne s’intègre pas dans les ghettos français

Parqués, entre immigrés, faut être sensé,

Comment pointer du doigt le repli communautaire

Que vous avez initié depuis les bidonvilles de Nanterre

Pyromanes et pompiers

Votre mémoire est sélective

Vous n’êtes pas venus en paix

Votre histoire est agressive

Ici, on est mieux que là-bas, on le sait,

Parce que décoloniser, pour vous, c’est déstabiliser

Et plus j’observe l’histoire ben moins je me sens redevable

Je sais ce que c’est d’être noir depuis l’époque du cartable

Bien que j'n'sois pas ingrat je n’ai pas envie de vous dire merci

Parce qu’au fond, ce que j’ai, ici, je l’ai conquis,

J’ai grandi à Orly dans les favellas de France

J’ai fleuri dans les maquis

Je suis en guerre depuis mon enfance

Narco trafic, braquages, violence, crimes

Que font mes frères si ce n’est

Des sous comme dans Clearstream

Qui peut leur faire la leçon, vous ?

Abuseurs de biens sociaux, détourneurs de fond

De vrais voyous en costard, bandes d’hypocrites

Est-ce que les français ont les dirigeants qu’ils méritent ?

Au cœur des débats, des débats sans cœur

Toujours les mêmes qu’on pointe du doigt

Dans votre France des rancœurs

En pleine crise économique il faut un coupable

Et c’est en direction des musulmans que tous vos coups partent

Je n’ai pas peur de l’écrire

La France est islamophobe

D’ailleurs plus personne ne s’en cache

Dans la France des xénophobes

Vous nous traitez comme des moins que rien

Sur vos chaines publiques

Et vous attendez de nous

Qu’on s’écrie « Vive la République »

Mon respect s'fait violer au pays dit des droits de l’Homme

Difficile de se sentir français

Sans le syndrome de Stockholm

Parce que moi je suis noir, musulman, banlieusard et fier de l’être

Quand tu me vois

Tu mets un visage sur ce que l’autre France déteste

Ce sont les mêmes hypocrites

Qui nous parlent de diversité

Qui expriment leur racisme sous couvert de laïcité

Rêvent d’un français unique

Avec une seule identité

S’acharnent à discriminer

Les mêmes minorités

Face aux mêmes électeurs

Les mêmes peurs sont agitées

On oppose les communautés

Pour cacher la précarité

Que personne ne s’étonne

Si demain ça finit par péter

Comment aimer un pays

Qui refuse de nous respecter

Loin des artistes transparents

J’écris ce texte comme un miroir

Que la France se regarde

Si elle veut s’y voir

Elle verra s’envoler

L’illusion qu’elle se fait d’elle-même

J’suis pas en manque d’affection

Comprend que je n’attends plus qu’elle m'aime

Source : rue89.com


Vous avez aimez ce topic ? Partagez le sur Facebook ou Twitter !



?di=TKXCarchlinux-user.png
                                                               SHUT UP AND ENJOY THE MUSIC!
                                                                                ╭∩╮(︶︿︶)╭∩╮

Bienvenue sur le forum !
Merci de vous inscrire ou de vous connecter pour profiter pleinement de toutes les fonctions :).